Source : Institut national de recherches archéologiques – Inrap –

De mai à août 2010, des fouilles archéologiques effectuées par l’Inrap, ont révélé des vestiges de quatre périodes d’occupation, de l’âge du Bronze au Moyan-Âge.

> Les occupations de l’âge du Bronze.
De nombreuses structures de stockage enterrées, datées de la phase ancienne de l’âge du Bronze de 200 à 1600 av. JC), témoignent de pratiques agraires organisées au sein de ce terroir. Le mobilier céramique mis au jour, essentiellement composé de vases de stockage, est abondant et bien conservé. Il permet de compléter les connaissances sur les sociétés de cette période méconnue, en comblant d’importantes lacunes en termes de culture matérielle. En effet, jusqu’alors dans le Poitou, les données sur l’âge de Bronze ancien provenaient de découvertes anciennes, isolées ou mal documentées. Les recherches ont également révélé l’installation d’un habitat ouvert et groupé à l’âge du Bronze final de 1400 à 800 av. JC. Des bâtiments quadrangulaires sur poteaux porteurs sont répartis le long des voies de cheminement et s’organisent en deux unités distinctes. Du mobilier céramique et une hache en bronze sont associés à cette seconde phase d’occupation.
Trois sépultures et un enclos fossoyé circulaire témoignent des pratiques funéraires associées à cette période protohistorique.

>Horticulture, agrément et prestige au 1er siècle de notre ère.
Une vaste parcelle vouée aux productions horticoles est exploitée sur ce terroir au cours de années 30 à 50 de notre ère. Un réseau de fossés parallèles espacés ainsi que deux damiers de fosses rectangulaires, vestiges de probables vergers, rythmaient le paysage.
Un lieu d’agrément et de prestige, dédié à la promenade et chargé de symbolisme, s’insère au sein de cet espace productif. Également fossoyé et planté, ce « sanctuaire » végétal doit son nom à son plan très particulier, qui n’est pas sans évoquer celui de certains sanctuaires antiques. Inédite sur le territoire national, cette découverte ne trouve d’analogies qu’en Italie, au sein des plus prestigieuses villae de la fin du Ier et de a première moitié du II
e siècle de notre ère.

> Des vestiges des pratiques agricoles médiévales.
Plus tard, au cours des Xe et XIe siècles, on observe l’implantation d’une occupation agricole plus resserrée, matérialisée par de petites unités d’ensilage distribuées par un réseau de voies hérité de l’Antiquité. Définitivement déserté au-delà du XIIIe, le paysage agricole du site de La-Viaube 1 ne témoigne plus ensuite d’aucune  évolution significative jusqu’à nos jours.

  • Archives

  • Coordonnées:

    Mairie, 72 ter Grand'rue 86130 Jaunay-Marigny
    Tél. 06.21.63.25.03 gelnacum@gmail.com
  • Histoire locale

  • Gelnacum

    Association jaunay-marine regroupant des passionnées d'histoire locale. Sur le plan archéologique, la ville dispose d'un territoire d'exploration et d'un passé historique fabuleux.

Accueil - L'association - Nous contacter - Mentions légales


Copyright © 2018 Gelnacum - Association d'histoire locale dans la Vienne.
Un site réalisé bénévolement par Marc Wast membre de l'association